0
Accueil / Marques / Il y a 47 marques

Marques

  • Jeep

    En  juillet 1940, l'armée américaine effectue un appel d'offres auprès de 135 constructeurs pour la conception d'un véhicule de reconnaissance léger informa les constructeurs automobiles qu'elle cherchait un "véhicule de reconnaissance léger" aux spécificités suivantes : capacité de chargement de 272 kg, empattement inférieur à 1905 mm, hauteur inférieure à 914 mm, vitesse 80 km/h, carrosserie rectangulaire, quatre roues motrices, boîte de transfert, pare-brise rabattable, trois sièges baquets, feux et phares longue portée, PTAC du véhicule inférieur à 590 kg. Trois sociétés, Willys-Overland et American Bantam Car Manufacturing Company rejointes par Ford Motor Company se positionnèrent.

    Chaque société conçut son prototype en un temps record. Bantam conçut un modèle de voiture tout-terrain en 49 jours. Willys-Overland, développa la Willys Quad. Ford développa son Modèle GP (General Purpose), connue sous le nom de Pygmée, avec moteur adapté des tracteurs Ford/Ferguson. Chaque société livra son prototype à l'armée au cours de l'été 1940 et reçut l'approbation pour fabriquer un échantillon de 70 véhicules.  L'armée en prit possession en novembre 1940. Les trois modèles dépassaient le poids de 590 kg, mais l'armée se rendit vite compte que cette limite  était bien trop faible et elle la releva lors de la commande suivante de véhicules.
    L'armée édita de nouveaux contrats en mars 1941 et choisit finalement la Willys Quad.  La plupart des véhicules Bantam et Ford GP produits furent alors envoyés en Angleterre et en Russie dans le cadre d'un programme de location.

  • Lambretta

    Après la Seconde Guerre mondiale, l'entreprise  Fernando Innocenti, société italienne spécialisée dans le tube industriel en acier,  recherche de nouveaux marchés pour relancer son activité et se tourne vers le transport populaire. À l'instar de Piaggio et sa Vespa, le scooter devient le produit principal d'Innocenti. Très influencée par le scooter Cushman des troupes aéroportées US, la maison Innocenti dessine son premier scooter, le modèle A en 1947 dans son usine de Lambrate près de Milan. D'où le nom donné au scooter: LAMBRETTA.

    La marque « Lambretta » a été vendue en 1972 par la famille Innocenti à la société Scooters India Ltd (SIL), propriété du gouvernement indien.
 En 2006, SIL concède une licence d’utilisation du nom « Lambretta » à la société anglaise Fine White Line Ltd. (FWL).
 En 2010, FWL, via ses deux filiales Lambretta Scooters Ltd et Scooter Asia (TBS) Ltd, accorde à MEG et CLAG des sous-licences d’utilisation de la marque Lambretta sur la plupart des marchés mondiaux. MEG et CLAG exploitent donc aujourd’hui le nom de marque Lambretta, dans le respect de la philosophe originelle de la marque et de ses créations.


  • Mercedes

    Riche homme d’affaires autrichien passionné d’automobile Emil Jellinek s’installe à Nice à la fin du XIXè siècle et se lance en 1998 dans le commerce de voitures Daimler à ses relations. En 1899 il reçoit les premières.  Jellinek exige des véhicules toujours plus puissants, toujours plus rapides, qu’il engage dans les premières compétitions automobiles organisées, dont la « Semaine de Nice ». Il y participe en personne, sous le pseudonyme de Mercedes, le prénom de sa fille. Grâce à quelques victoires ce nom acquiert vite une certaine notoriété. En 1900, Jellinek commande à Daimler 36 exemplaires d'un modèle sportif, sur lesquels le constructeur fait apparaître le nom « Mercedes » en référence à ses succès. Cette « Mercedes » 35 CV emporte  un franc succès sur la Côte d'Azur. Reprenant  le symbole de l’étoile sur une carte postale, qu’avait utilisé Gottlieb Daimler,alors qu’il dirigeait une usine à Cologne, Daimler fait enregistrer ce sigle à trois branches comme marque de commerce en 1909. Elle symbolise l'ambition d’une motorisation universelle « sur terre, sur l'eau et dans le ciel », et est apposée dès 1910 à l’avant de ses productions. Dans un contexte économique difficile, Daimler et Benz, les deux plus anciens constructeurs automobiles au monde, s’unissent pour former en 1926 la Daimler-Benz AG. Le premier logo Mercedes-Benz est né : la célèbre étoile à trois branches de Daimler est entourée de « Mercedes » et de « Benz » et reliés par une couronne de laurier. L’étoile de Mercedes-Benz est aujourd’hui, encore et toujours, synonyme de qualité et de sécurité. Mercedes-Benz représente également dans le monde entier la tradition et l’innovation, au service de l’avenir de l’automobile. Fort de ses succès sportifs, la marque se développe sur la Côte d’Azur et à Paris. 

  • MG

    La société MG - Morris Garages - voit le jour en 1920 en Grande Bretagne. Sa première voiture, le raodster  MGA établit la réputation de la marque. Le premier des  modèles MG  sort en 1924, début d'une longue série. La demande est telle qu'une usine est construite à Oxford : c'est le début de la MG Company Car. Dans les années 30, la firme se lance dans la fabrication de véhicules dotés de moteurs 4 et 6 cylindres. Durant la guerre, MG connait des difficultés comme tous les autres constructeurs. Les années 50, seront pour MG les années de l'exportation, notamment avec le modèle MG TC. Face à ce succès la marque lance en 1952 la BMC, qui illustre par ailleurs  la fusion de Nuffiled avec Austin. Puis viendra la SYD ENEVER, la première version sport de MG. Les années 1960 seront essentiellement consacrées la production de berlines et de sportives. En 1970, MG, frappé par la crise économique, ne peut continuer d’évoluer malgré la conception  innovante du moteur GTV8 Rover. Après une interruption nette de la production en 1979, la marque reprend en 1985 grâce au modèle MG EX-E, exposé au salon de TURIN. C’est en 1990 que la marque refait véritablement surface avec le retour de la MG RV8 munie d'un moteur très performant et de roues arrière motrices.

    Citons quelques modèles  à succès : la MG 14/28, la MG F-type, la MG K3, la MG TC et la MG YB, mais aussi  la Midget , la MGB GT V8, la MGB Roadster...

  • Michelin

    1889 ! André et Édouard Michelin donnent le coup d’envoi d’une grande industrielle : mettre l’innovation au service des moyens de transport modernes, outils de liberté et de développement économique.

  • Mobylette

    La marque Mobylette apparait en 1949 chez Motobécane - désormais MBK - de la fusion des mots mobile et bicyclette avec la sortie du premier modèle : l' AV3. Surnommée la "mob", les grandes années de ce cyclomoteur au moteur à deux temps, tout comme son concurrent Vélo Solex, sont les années 1960-1980. La « mob » comme on la surnomme, est à l'époque plus accessible qu'un scooter et surtout plus simple à monter ou démonter . Les pièces détachées sont également plus accessibles. La Mobylette est devenue au fil des années très Collector et un modèle de type AV88 ou AV89 en état de marche, neuf et d'origine peut se vendre autour de 1.000 €. Mais pas de panique,  les bons chineurs peuvent encore trouver de bonne occasions à prix raisonnable en cherchant un peu dans les campagnes ...

  • Moto Guzzi

    La société italienne de fabrication et vente de motos Moto Guzzi est fondée le 15 Mars 1921  par trois amis :  Carlo Guzzi initiateur de la marque, Giovani Ravelli et Giorgio Parodi. Tous trois anciens de l'armée de l'air italienne. Giovani Ravelli n'assistera pas à la naissance de la marque car il est tué dans un accident d'avion quelques temps après la fin de la Première Guerre mondiale.  L'aigle aux ailes déployées apparaissant dans le logo Moto Guzzi est en son hommage. La première moto est la légendaire Normale d'une puissance de 8 ch. Suivent plusieurs modèles à succès tels que la Guzzi G.T. de 1928, surnommée « Norge » pour le raid au cercle polaire arctique, et l'Airone 250 (1939), pendant plus de 15 ans, la « moyenne cylindrée » la plus répandue en Italie. 
    Les victoires sportives ne se font pas attendre : la première arrive en 1921 en Italie. S'en suit une série impressionnante de victoires.  Après la guerre, de nouveaux modèles voient le jour tels que le Guzzino 65 (« Cardellino ») qui reste pendant 10 ans la moto la plus vendue en Europe. Arrivent plus tard les légendaires Galletto (1950) et Lodola 175 (1956). Premier constructeur au monde, Moto Guzzi réalise en 1950 à Mandello del Lario une galerie du vent résolument futuriste.  Quand Moto Guzzi se retire des compétitions en 1957, la marque compte à son actif 14 titres mondiaux de vitesse et 11 Tourist Trophy. A la fin des années 60, Moto Guzzi lance le moteur bi-cylindre en V de 90°, qui deviendra la marque de fabrique de Moto Guzzi. Naîtront alors  la Guzzi V7, la V7 Special et un autre mythe : la Guzzi V7 Sport. La glorieuse bi-cylindre est également déclinée en cylindrées plus petites avec la V35 et la V50. La marque Moto Guzzi a commercialisé plus de 240 modèles. Parmi les plus célèbres, citons la première V7, la V7 Special, la 850 GT, la 850 California, avec ses airs de Harley-Davidson, adoptée par la police américaine, la V7 Sport, la 850 Le Mans, la 1000 Le Mans, la 1100 Sport, la 1000 Convert  et la V50 qui a donné naissance à toute la gamme des petites  Guzzi, jusqu'aux actuelles 750.
  • Peugeot

    L'histoire industrielle de la marque Peugeot débute dans la région de Montbéliard en 1810 où les frères Peugeot transforment un moulin à grains en fonderie d'acier pour fournir en ressorts l'industrie horlogère qui règne dans la Franche-Comté.

    La Peugeot 201 est la première voiture produite en grande série à Sochaux, dans des bâtiments construits pour l'occasion. Le site en produira près de 90000 de 1929 à 1937. Elle inaugure la numérotation à trois chiffres avec le zéro central, la signature des véhicules Peugeot à travers le monde. Le  premier chiffre indique la "famille" du véhicule, sa taille dans la gamme, le second, systématiquement un zéro, est le maillon qui relie le chiffre d’appartenance à une famille et le troisième chiffre qui indique la génération du modèle selon son apparition dans le temps. Suit la 402  présentée  en 1936, Peugeot devance ses concurrents avec un modèle très aérodynamique, aux phares abrités derrière la grille de calandre... On l'appellera le "fuseau Sochaux". Ce modèle sera produit jusqu'à l'occupation. En 1948, la 203, première Peugeot de l'après-guerre et travaillée en secret, est dévoilée. C'est un véritable succès. La 403 est lancée en 1955. Sochaux compte alors 15.000 salariés. Un an plus tard, le premier ordinateur IBM fait son entrée dans l'usine pour gérer les approvisionnements. En 1960, lorsqu’apparait la 404, Sochaux produit 260.000 voitures par an ...

    Depuis, la marque a créé le double zéro, inauguré par la Peugeot 1007, repris par 4007 et aujourd’hui par 3008.

  • Porsche

    La marque allemande Porsche a été fondée par Ferdinand Porsche en 1931, l'homme qui créa la première Volkswagen ! La toute première voiture créée par Porsche fût la Lohner-Porsche, un véhicule mi-essence mi-électrique totalement avant-gardiste, développé au tout début du XXe siècle. la seconde fût le modèle 64 né en 1938. Le troisième modèle de Porsche fût la 356, de 1948, qui était en fait une Volkswagen Coccinelle modifiée. En 1944, Ferdinand Porsche décède laissant son entreprise aux mains de son fils Ferry Porsche, déjà impliqué dans l'activité. Les dernières 356 sortent alors avec un quatre cylindres à plat entièrement conçues par l'entreprise. De la 901 à la 911 présentée au Salon de Genève de 1963 , ... il n'y a qu'un chiffre de différence puisque c'est Peugeot qui a le monopole des séries à 3 chiffres avec zéro au centre et le fait bien savoir . La 911 reste le modèle phare de la marque depuis cinq décennies.

  • Profisti

    Ce que l'on aime avant toute chose dans les figurines de Profisti, ce sont les détails  tous aussi minutieux et représentatifs les uns que les autres. Mais qui se cache derrière ce nom? Cette marque dissimule deux créateurs hollandais, Fons Van Dommelen et Ed Van Rosmalen. Tous deux s'attachent à proposer des figurines plus vraies que natures, mi caricatures, mi personnages de bandes dessinées, présentés dans des situations rocambolesque ou des scènes de vie quotidienne.

  • Renault

    C’est en 1898 que les frères Renault fondent leur société. Ils se font rapidement connaître par la compétition automobile, où leurs voiturettes alignent les victoires. Les usines Renault adoptent la production en série en 1905, puis le taylorisme en 1913. Pendant la première guerre mondiale, l’entreprise fabrique camions, brancards, ambulances, obus, et même les fameux chars FT17 qui apportent une contribution décisive à la victoire finale. De 1919 à 1945, Renault se modernise et crée la 1ère chaîne de l’usine de Billancourt démarre en 1929. L’entreprise optimise les coûts de production pour résister à la crise. Pendant la seconde guerre mondiale, Louis Renault considère le conflit avec l’Allemagne comme une erreur et se plie aux exigences des Allemands. De ce fait, l’entreprise Renault est nationalisée en 1945 et devient la Régie Nationale des Usines Renault (RNUR). De 1945 à 1975, la Régie construit et rachète de nouveaux sites de production. Les succès viendront avec la 4 CV, première "petite voiture pour tous ", puis avec la Dauphine, la Renault 4, la Renault 5…. La Régie enrichit sa gamme avec un modèle haut de gamme, la Renault 16, qui annonce les voitures à vivre. Renault continue parallèlement une progression impressionnante en rallye. a croissance se poursuit jusqu’au début des années 80. Le renouvellement de la gamme s’accélère avec la sortie de deux modèles haut de gamme : la Renault 25 et l’Espace. La marque s’impose alors dans la compétition sportive et fait son entrée en Formule 1.

  • Rolls Royce

    La société Rolls-Royce est née en 1906 de la rencontre de deux hommes : l’ingénieur Henry Royce,  ingénieur et mécanicien de talent et l’aristocrate Charles Rolls passionné de voiture. Dès 1884, Henri Royce créé une entreprise d'électricité et de mécanique. En 1904, ce mécanicien autodidacte construit sa première automobile à Manchester. Après un essai de ce prototype, Charles Rolls, qui s’est lancé dans le commerce automobile en 1902, s’engage à vendre dans son magasin de Londres toutes les voitures que Royce pourra produire. Les deux hommes aux talents complémentaires décident de s’associer. Ils fusionnent leurs entreprises et donnent naissance à la marque Rolls Royce en 1906. Grâce à leur très haut niveau de qualité, leurs voitures s’imposent rapidement comme les plus chères, mais aussi les meilleures du monde. Le premier modèle commercialisé par la marque est la Royce Rolls 10 HP. Il a été construit à 16 exemplaires et il en subsiste aujourd’hui trois modèles, dont un est exposé au Science Museum de Londres. Grâce à la Silver Ghost lancée en 1907, la marque Rolls-Royce devient une référence dans le domaine des voitures de luxe. Ce modèle, habillé d'une superbe carrosserie en aluminium, est entré dans l'histoire de l'automobile en parcourant 15.000 milles entre le 1er juillet et le 8 août 1907 sans subir aucune panne mécanique.
    Aux Silver Ghost ont succédé les prestigieuses Phantom, puis les modèles Silver Dawn, Silver Cloud, Silver Spirit et Silver Shadow. La célèbre figure de proue qui identifie la marque est apparue en 1911 sur les Silver Ghost. Cette figurine appelée "The Spirit of Ecstasy" ("l’esprit de l’extase") a été sculptée par Charles Sykes, à la demande de Charles Rolls. Elle s’inspire d’une statue exposée au Louvre "la Victoire de Samothrace" et représente une jeune femme les bras déployés et la robe flottant au vent.  En un siècle, la firme britannique a fabriqué quelque 100.000 voitures, en restant fidèle au principe édicté par Henry Royce : "Chercher la perfection en tout." Le 12 juillet 1910, Charles Rolls se tue dans une démonstration aérienne. En 1931, Rolls Royce rachète la marque Bentley. En 1998, le groupe Rolls Royce-Bentley est racheté par VW-Audi. En 2002, le groupe VW-Audi cède Rolls-Royce à BMW.

  • Royal Enfield

    L’histoire de la marque débute par l’armement. C’est de là que naitra le slogan de Royal Enfield  « made like a gun » qui signifie "conçue comme une arme" ainsi que le nom donné à son modèle emblématique, la Bullet, c’est-à-dire la "balle". L’aventure des motos Royal Enfield débute vers 1899 avec la conception de tricycles à moteur et plus précisément avec sa toute première bicyclette motorisée en 1901. Cependant, la première machine fabriquée en série sera un side-car dénommé 180 et doté d’un moteur Jap V-twin quatre temps. La marque se fait un nom avec quelques innovations telles que la mise au point du premier amortisseur de couple logé dans le moyeu porte-couronne à partir de 1913. Vers les années 20, Royal Enfield commence à produire ses propres moteurs. Un mono quatre temps de 350cm3 sort alors des chaînes de production de la marque en 1924, suivi en 1927 d’un 500 mono. Ce sera la naissance des Bullet qui feront leur apparition sur le marché dès les années 30.Pendant la Seconde Guerre Mondiale, Royal Enfield fournit aux forces alliées près de 55 000 motos et mettra au point une moto pliable pouvant être parachutable facilement. Elle sera baptisée la Flying Flea. Une fois le conflit terminé, Royal Enfield sort un V-twin destiné à faire face à la concurrence ardue des Triumph. Ce dernier est novateur  pour ses suspensions, sa fourche télescopique à double amortissement et surtout son bras oscillant arrière. Le savoir-faire de la marque en termes de suspension va d’ailleurs faire ses preuves en trial et lors des ISDT dans les années 50. Quelques temps plus tard, Royal Enfield donne naissance à la Meteor 700. Elle deviendra la plus grosse cylindrée du marché britannique mais subira des critiques pour ses fuites d’huile qui lui vaudront d'être surnommée « Royal Oifiled ». En 1962, les mythiques Bullet sont abandonnées et dès 1968 Royal Enfield ne compte plus que la 750 Interceptor à sa gamme. La marque devra alors se rabattre sur les marchés militaires. Bientôt, la production cesse et c’est un industriel indien qui reprendra le flambeau. Les Bullet sont alors de retour et n’ont pas pris une ride bien qu’elles soient désormais produites à Madras. Elles sont désormais transmise de génération en génération en Inde, avec un vrai souci d'entretien et de customisation. Dans les années 2000, quelques nouveautés viennent les agrémenter sans pour autant les dénaturer. Les Bullet se voient ainsi parées d’une boîte de vitesses à sélecteur au pied gauche et d’une cinquième vitesse, tout en conservant leur démarrage au kick et un frein arrière à tambour. Aujourd’hui encore, les Bullet ravivent des souvenirs nostalgiques. On en trouve en importation en France depuis mars 2012.

  • Senna Ayrton

    Ayrton Senna da Silva est un pilote de course en Formule 1 né le 21 Mars 1960 et décédé  le 1er Mai 1994 à l'âge de 34 ans.

    Il débute en F1 en 1984  en Formule Ford puis en F3 en Grande-Bretagne. Monaco sera son terrain de jeu privilégié. De 1987 à 1993, sa dernière participation, il ne laisse échapper la victoire qu'une fois, en 1988. En rejoignant l'écurie Lotus en 1985 il remporte ses premiers succès et ses premières poles. Il finit 4ème des championnats 1985 et 1986. C'est aussi à cette époque qu'il se confronte à Nigel pour la victoire. Au GP d'Espagne 1986 il bat Nigel pour 0'014, le plus petit écart de toute l'histoire du championnat du monde! En 1987 intervient le premier clash entre les deux supers pilotes à Spa. Nigel rate son envol et lorsqu'il essaie de repasser le Brésilien c'est l'inévitable accrochage. Nigel revient furax aux stands et s'en va frapper le pauvre pilote Lotus là où ça fait vraiment mal! Tout ceux qui ont participé à la scène sont consternés, et 1987 verra régulièrement les deux pilotes s'affronter directement sur la piste.  En 1988 il passe chez Mc Laren, et dispose dès lors de l'arme absolue : il enchaîne les victoires et les titres.  En 1992 il n'y a pas de match, tellement la Williams-Renault de Nigel ridiculise la concurrence. L'histoire retiendra que la dernière confrontation entre les deux grand rivaux se termine… dans le décor! A Adélaide, pour ses (premiers) adieux à la F1, Nigel est heurté par la voiture d'Ayrton et les deux champions du monde doivent abandonner. En 1993 Ayrton est à deux doigts de rejoindre Nigel aux Etats-Unis. En effet, quelques jours avant le Britannique, il essaie une monoplace du team Penske, avant d'annoncer finalement qu'il disputera le championnat du monde de F1 avec Mc Laren. Convaincu que la Williams est la seule voiture qui puisse le faire remporter un quatrième titre, il quitte Mc Laren pour l'écurie de Widcott à la fin de l'année et pousse ainsi Prost à la retraite. 1994 commencera par deux scores nuls avant le tragique week-end d'Imola le 1er mai 1994.  Sa mort sera vécue comme un drame national au Brésil où il est une véritable icône. La mort d'Ayrton Senna obligera le monde de la F1 à travailler sérieusement sur les questions de sécurité.

  • Shell

    Le mot "Shell" apparaît pour la première fois en 1891, comme marque du pétrole lampant que la Marcus Samuel and Company exporte en Extrême-Orient. A l’origine, la petite boutique londonienne vend des antiquités et des coquillages orientaux. En 1897, Samuel fonde la Shell Transport and Trading Company. Le premier logo de l’entreprise, en 1901, est une coquille de moule. En 1904, une coquille Saint-Jacques ou pétoncle, devient l’élément visuel de la marque et de l’entreprise, comme chacun des navires de Samuel qui transporte du pétrole lampant jusqu’en Extrême-Orient porte le nom d’un coquillage. Le pétoncle proviendrait des armes de la famille de M. Graham, un associé de Samuel qui devint membre du conseil d’administration de la Shell Transport and Trading Company. La famille Graham aurait adopté la coquille Saint-Jacques comme emblème à la suite d’un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne. En 1915, la Shell Company of California se met à construire des stations-service et doit se démarquer de la concurrence. Elle utilise des couleurs vives qui ne choquent pas les Californiens : le rouge et le jaune en raison des liens étroits que cet Etat entretien avec l'Espagne. Au fil des ans, la forme du logo de Shell évolue et suit les tendances du graphisme. L’emblème actuel est créé et lancé par le designer Raymond Loewy en 1971. Les couleurs actuelles évoluent au fil des ans et plus particulièrement en 1995, lorsqu’un rouge Shell et un jaune Shell très attrayants pour la clientèle sont introduits pour lancer la nouvelle identité visuelle de nos activités de vente au détail. Au 21ème siècle, le pétoncle compte toujours parmi les emblèmes les plus connus dans le monde.

  • Simca

    Désormais acquise au patrimoine de la marque PSA PEUGEOT CITROEN, SIMCA – société industrielle de mécanique et carrosserie automobile – est initialement une entité crée par la marque italienne FIAT pour construire et développer dès 1935 la vente de ses véhicules en France, sous la marque Simca-Fiat.  Puis à partir de 1938, sous le nom unique de Simca. Dès 1954, Simca rachète les usines FORD France et bénéficie ainsi du savoir-faire américain  pour lancer quelques modèles hors du commun comme la Versailles, la Vedette, la Trianon ….

    C’est la mythique Simca 1000  qui prendra avec succès leur place pendant 16 ans, détrônera la Renault Dauphine et ira même jusqu’à devenir LA voiture du permis de conduire , qu’on achète ensuite pour continuer ses petites habitudes.  Rachetée ensuite par Chrysler puis Peugeot , la marque sera rebaptisée Talbot pour s’ouvrir à d’autres marchés dont celui de l’Angleterre, ce qui ne lui apportera pas le grand succès espéré.

  • Solex

    En 1905 deux centraliens, Maurice Goudard et Marcel Mennesson, créent la société Solex. Ce n'est qu'en 1940 que Solex réalise un prototype de moteur de 38 cm3 de cylindrée avec une transmission par galet. En décembre 1940, ce moteur est installé sur un vélo d'homme couleur noir à filets or, la première ébauche modèle de Vélo Solex. Le premier prototype de Vélosolex est achevé en 1941.  Il dispose d´un moteur de 38 cm³ sur une partie cycle de vélo homme à cadre fermé. La couleur est déjà le noir avec des filets or.  la marque commercialise en 1946 son premier modèle. En1951 Solex se voit pourvu d´une béquille centrale et d´un levier de relevage du moteur fixé sur la culasse. A partir de 1954, les modèles sont définis par des numéros, comme le solex 330 qui se différencie de son prédécesseur par un porte-bagages en tôle emboutie et un moteur d´une cylindrée portée à 49 cm³. En 1947, BP crée la SOLEXINE. Ce mélange essence-huile a été spécialement conçu pour les véhicules de la marque Velo Solex. En 1957 le Solex 1010 sort sur le marché. Le cadre est identique à celui du 660 mais le moteur a été retravaillé. Le 1010 est équipé en 1959 de roue de 550 et prendra la désignation 1400. La nouvelle dimension de pneumatique 1 ¾ x 19 restera le standard jusqu´aux derniers 3800. En 1960, l´embrayage automatique centrifuge fait sont apparition sur le modèle Velosolex 1700. A l'arrêt, le moteur est en prise sur le galet, ce qui permet son démarrage en poussant le solex. Le S2200 est produit à partir de 1961. Il est doté d´un système d´antiparasitage et voit sa puissance moteur augmenter. Le S3300 possède le 3ème modèle de cadre, désormais rectangulaire et en tôle pliée et soudée. Il est présenté au public en 1964. Les gardes-boues avant et arrière restent ceux d´un S 2200.Le S3800 de 1966 est un S 3300 avec un moteur donnant un peu plus de couple. Les gardes-boues sont nervurés de chaque côté et le filtre à air porte une étiquette S 3800 écrit en blanc sur fond rouge. Pour la première fois dans l´histoire du Solex, ce modèle est disponible dans une robe bleue et rouge pour les S3800 « luxe », et en blanc pour les S3800 « super luxe ». Les pneus sont à flancs blancs. Le S 3800 sera produit jusqu´en 1988 et subira des évolutions comme l´ajout d´un accélérateur, de poignées droites et de  catadioptres. En 1971, Solex sort le 5000 en parallèle avec le S 3800. Il est disponible en bleu, jaune, orange et blanc. Le réservoir et le cache volant magnétique sont sur toutes les versions en plastique blanc. Le 5000 existe aussi en version pliable, le Plisolex. En 1968. fini la transmission par galet! Le Solex est équipé d´une transmission par cardan et d´un frein arrière à disque. Il en existera 3 versions : la première sans suspension avec frein avant à patins, l'autre avec une suspension avant à roue poussée munie d´un frein à tambour, et enfin le Flash prendra le nom de 6000 en étant équipé d´une fourche télescopique. Enfin la gamme Ténor est lancée en 1973  avec l’arrivée des transmissions par chaine disponible en différentes finitions. Les modèles prendront les désignation GL et GS. En 1974, Motobécane prend la direction de Solex et arrête la commercialisation des différents modèles de Solex à l´exception du S 3800. 

  • Swarowski

    Daniel Swarovski naît en 1862 à Jablonec Nad Nisou, une ville de Bohême. Sa famille bourgeoise possède des ateliers de taille de verre et fabrique de cristal.  Très jeune Daniel intègre les ateliers de son père, mais à 18 ans il décide de s'envoler pour Paris comme itinéraire d'apprentissage organisé par son père. Il découvre en France les multiples usages possibles du cristal dans la haute couture. Il travaille auprès de Gabrielle Chanel qui lui transmet sa passion pour la mode. A son retour en Bohême il ouvre sa propre entreprise et innove avec une machine capable de couper le cristal très finement. Il va aussi travailler à une nouvelle formule pour obtenir un cristal encore plus brillant, c'est le plus Swarovski, leur grand secret qui fit le succès de leurs pierres. Seuls les héritiers de la famille Swarovski connaissent le processus de fabrication complet. Les artisans et même les chefs de produit ne suivent qu'une part bien précise du processus. Leur réputation et la qualité de leurs pierres en font le fournisseur officiel de nombreuses marques de luxe comme Prada, Gucci, Roberto Cavalli, Chantal Thomass etc. Fournisseur officiel de Gucci, de Prada, de Versace...
    Silice, verre plombé et sodium, c'est la recette de la fabrication du cristal qui n'est pas si naturel qu'on peut parfois le croire . La marque est aussi très connue du grand public grâce à ses associations avec des marques aussi populaires que Disney, Etam, et bien d'autres marque de mode qui lancent des collections éphémères.

     

  • Triumph

    Le nom de la marque Triumph est née en 1886. La marque  est fondée par un allemand du nom de Siegfried Bettman, qui donne tout d'abord son patronyme à la société, avant d'opter pour un nom plus porteur : Triumph.
    Les premiers cycles de la marque apparaissent sur le marché de la moto en 1889, suivis en 1902 par l'arrivée de la première moto Triumph. La marque se positionne lentement mais surement sur le marché du deux roues moteur, jusqu'en 1929 où elle subit elle aussi la crise de Wall street.

    En 1932 la marque est revendue à la société Ariel, puis La marque  se lance dans l'élaboration de ses propres moteurs afin de proposer un produit complet. il en naitra la Speed  Twin présentée en 1937.

    En 1940, l'usine est réduite à néant par la guerre. La marque refait surface en 1942 puis explose aux USA.

    Parmi les modèles les plus célèbre on retrouve la Thunderbird, la Trident,  la Thruxton, la Bonneville, la Ricket III ...

  • Vespa

    Rinaldo PIAGGIO est né à Gênes en 1864. Il est le fils d'une famille d'armateurs. Een 1984 à à peine vingt ans,  il crée une scierie à vapeur ultra moderne pour l'époque. La société PIAGGIO se spécialise dans la menuiserie haut de gamme et dans l'aménagement de navires. En 1915, elle se lance dans la réparation d'avions. En 1924, afin de produire sous licence les moteurs d'avions français, la société s'installe à Pontedera près de Pise dans sa nouvelle usine.

    En 1938, ses deux fils Armando et Enrico prennent la relève. En 1945, l'Italie ruinée et se remet difficilement de la guerre . Les 2 frères, déterminés imaginent un petit véhicule léger, au pilotage aisé, à l'entretien quasi nul et accessible au plus grand  nombre. Sa fabrication doit être simple et économique. Son prix doit être abordable car le pouvoir d'achat est faible sans pour autant être un produit bas de gamme. C'est ainsi que nait le MP 5, plus connu sous le nom de Paperino "la petite oie". Une centaine d'exemplaires seront vendus avant l'abandon de sa fabrication. Puis Enrico PIAGGIO demande à Corradino d'Ascanio d'imaginer un véhicule dont le moteur ne serait pas visible pour éviter au pilote de se salir et facile à enjamber notamment pour les femmes. Il s'inspire d'un cadre de vélo féminin auquel il ajoute un plancher et un tablier en tôle. Le prototype est équipé de petites roues, d'un guidon de moto et d'un moteur de 98 cm3 qui est refroidi par l'air ambiant grâce à ses ouies d'aération dans la coque. Six semaines après sa réalisation, l'équipe D'Ascanio fabrique le modèle définitif. En novembre 1945, le MP 6 fait ses premiers tours de roues . Il reste à lui trouver un nom. Armando PIAGGIO trouve qu'avec sa taille fine, ses capots arrière galbés et son bruit caractéristique, l'engin ressemble à une guêpe. Le brevet de la Vespa  est déposé le 23 avril 1946.  La belle saga commence donc en avril 1946 avec le type V 98.


  • Walt Disney

    Retrouvez le monde merveilleux de Walt Disney et notamment ses personnages au volant d'autos et motos mythiques. La gamme Walt Disney Tradition vous propose des objets sous licence officielle, pour soi ou pour offrir. Flash Mc Queen du célèbre dessin animé "Cars" , Mickey en Roadster et tous leurs amis sur les routes du monde entier...

  • Yacco

    Les garages de nos grands parents